Inscription Aller à: [ recherche ] [ menus ] [ contenu ] [ montrer/cacher plus de contenu ]



L’entrée de métro de la station « Porte Dauphine » (1900)

Extrémité ouest de l’avenue Foch, au nord du boulevard Lannes

paris 7bis 014

En 1899, la Compagnie de Chemin de fer parisien lance un concours pour l’édification des entrées du métro. Leur conception est confiée à un jeune architecte, Hector Guimard (1867-1942), propagateur du style « Art Nouveau », à Paris, remarqué notamment par le surprenant immeuble qu’il venait d’édifier rue La Fontaine (Castel Béranger, 1894-98).

Fortement influencé par le Belge Victor Horta, Guimard rompt avec la tradition, utilise le fer et l’acier pour la structure des bâtiments et s’inspire de la nature. Il imagine deux modèles : l’abri fermé, dont seuls deux exemples ont subsisté (Porte Dauphine et Abbesses) et l’entourage ouvert. Il opte pour des matériaux simples et produits en série : pierre pour les soubassements, fonte de fer pour les structures, lave émaillée pour les panneaux et verre pour les toitures.

Le bel exemple de la « Porte Dauphine » présente une verrière à double pente, soutenue par trois piliers et dotée d’une marquise rayonnante. Le toit est conçu en lames de verre assemblées sur un châssis de poutrelles en fonte. Ce modèle, rappelant le corps d’un insecte, a été surnommé « libellule ».

paris 7bis 015

Les panneaux de lave émaillée

 Hector Guimard puise son répertoire décoratif dans la nature. Il exploite essentiellement la flore et la faune, s’inspirant des tiges et des feuilles, voire des pattes d’insecte. Refusant les éléments géométriques, il utilise un répertoire de longues lignes courbes entrelacées et d’arabesques en aplat, en creux et en relief.

paris 7bis 016

Les arabesques décoratives des panneaux de lave émaillée de la station de métro « Porte Dauphine »

.
 

M2a |
Sokawaii |
Gwendophotos |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Antoine LE FAOU
| Nclement
| Les maux de mes mots